jeudi 28 juin 2012

LE COLISEE, ROME

Le plus grand amphithéâtre Romain.



Il est difficile d'imaginer les Grecs du temps de Péricles prenant plaisir aux jeux qui avaient lieu au Colisée de Rome, du moins à la fin de l'Empire. L’amphithéâtre, bien que similaire à un théâtre, n'existe pas dans le Grèce antique. 
Trois amphithéâtres romains ont subsistés dans un état de conservation suffisant pour être encore utilisés, a Arles, Nîmes et Rome, même s'ils n'accueillent plus de combats de gladiateurs ou des massacres de masse...

Les trois sont comparables, mais le Colisée est le plus important et le plus remarquable. Au-delà de sa valeur esthétique, sa structure est très intéressante en ce qui concerne les problèmes de sécurité et d’accès, et les façons dont ils ont été résolus. On dit quelquefois qu'un architecte qui peut construire un amphithéâtre peut tout construire.

Le Colisée, bâti de 70 à 80 après J.C., est haut de 49 mètres et le grand axe de l’ellipse mesure 188 mètres. Il pouvait accueillir jusqu'a 50 000 personnes. La plupart des arcades sur les 4 étages sont encore debout, et témoignent du savoir faire des Romains, conjuguant une structure massive avec une combinaison d'ordres et des arches : un décor grec pour une construction romaine. Les 3 premiers étages illustrent les 3 ordres grecs, dorique, ionique et corinthien en ordre ascendant. Le 4eme étage mural est plus recent, et était à l'origine en bois. Les murs sont en brique ou en pierre, tandis que les décors et les sièges sculptés sont en marbre. Des escaliers accèdent à des passages séparant des blocs de gradins, et chaque étage comprend deux couloirs de circulation adjacent. La simple conception des voutes est très complexe, de même que les changements de niveaux, les diamètres des arcs et les changements d'angles, causés par le plan ovale.

Un toit de toile rétractable protégeait les spectateurs du soleil, et était manoeuvre par des marins de métier. L'arene elle-même (85 x 55 metres) reposait sur une structure de poutres. En sous-sol se trouvait l'espace réservé aux gladiateurs et aux animaux sauvages.

dimanche 8 août 2010

THEOTIHUACAN

La pyramide du soleil, MEXIQUE


Il y a environ 2000 ans, un peuple peu connu (dont on n'a pas encore déchiffré la langue), qui s'était établi dans une région fertile à proximité de la vallée de Mexico 400 ans auparavant, mit en oeuvre un énorme complexe cérémoniel au nord-est de l'actuelle ville de Mexico City. Cela donna naissance à la plus grande ville de Mésoamérique. Son importance culmina au VIè siècle, elle couvrait alors 20 km² et comptait plus de 100 000 habitants. L'empire de Teotihuacan s'étendit jusqu'au golfe du Mexique et au Guatemala. La ville était construite selon une grille régulière, et même les cours d'eau étaient endigués pour suivre ce plan rectiligne. La façon dont les rues et les bâtiments sont alignés suggère une signification astronomique.L'artère principale est appelée avenue des morts, car les bâtiments qui la bordaient, probablement des résidences de dignitaires, ont d'abord été considérés comme des tombes. Elle mène vers le sud à partir de la Pyramide de la Lune, avec la Pyramide du Soleil, plus importante, placée à l'est de l'avenue. Les deux monuments datent du début de la construction du site.

Comme tous les temples de Teotihuacan, le temple du Soleil a disparu, mais la gigantesque pyramide qui le supportait subsiste, bordée par son esplanade cérémonielle. Elle mesure environ 225 mètres de côté et 73 mètres de haut, et comporte 4 niveaux à bords inclinés, le 4ème niveau étant beaucoup plus exigu que les autres.
A l'ouest, face à l'avenue des morts, un grand escalier s'élève des terrasses à trois niveaux. La pyramide est constituée de terre (près d'un million de mètres cubes) et recouverte d'une pierre rouge volcanique locale, sur laquelle était ajoutée de la chaux.

Le déclin de Teotihuacan commença après 600 après JC, puis elle fut mise à sac par les Toltèques, probablement peu après 650. Les occupants suivants, impressionnés par sa grandeur, respectèrent ce site, mais la ville ne retrouva jamais son importance passée. Les Aztèques, qui intégrèrent à leur mythologie beaucoup des divinités figurant sur les mures et les sculptures, croyaient que la ville avait été construite par les dieux, et en firent un haut lieu de pélerinage.






samedi 23 janvier 2010

MACHU PICCHU

Vallée de l'Urubamba - Pérou



La domination de la civilisation des Andes par les Incas, dont l'empire, au moment de la conquête espagnole, s'étendait sur presque tout l'ouest des Andes, de l'Equateur au centre du Chili, est relativement récente. Les légendes Incas ne remontent pas avant 1200 et le pouvoir des Incas, les "Enfants du Soleil" ne fut établi au Pérou qu'au XVè siècle.
L'empire connut ensuite son apogée durant le dernier quart de ce siècle, juste avant son extinction en 1532, consécutive à l'arrivée des Espagnols, conduits par Pizarro.
L'empire Inca constituait un véritable défi à la topographie, la plupart de ses villes, dont la capitale Cuzco, étant située en altitude, dans des vallées isolées. De bonnes routes, quoi que jamais parcourues par des véhicules à roues, reliaient les villes de la région.
On ignore cependant comment les Incas, qui ne connaissaient pas l'écriture, résolvaient le problème de la communication à distance.
Un autre mystère entoure la fonction exacte de Machu Picchu, qui est aujourd'hui le site Inca le plus visité. Il est construit, de façon spectaculaire, sur un plateau inaccessible entouré d'un précipice, et environné de sommets montagneux. En fait, les Espagnols ne découvrirent jamais son existence.
Abandonné pendant des siècles, il fut redécouvert par un archéologue américain, Hiram Bingham, en 1911. Le choix de sa localisation peut avoir répondu à des motifs religieux, et son architecture confirme cette supposition, car le site semble trop important pour être seulement une forteresse frontalière. L'un des vestiges remarquables est l'Intihatana, une pierre gravée, entourée de murs courbes, qui avait sans doute une fonction rituelle en relation avec le dieu du Soleil. Le plan ordonné et régulier suggère qu'il s'agit d'une citadelle de l'état, peut-être dépendante de Cuzco, située à environ 80km au sud-est.
Outre de beaux édifices de pierre, la cité comprend de vastes terrasses destinées aux cultures. L'extraordinaire habilité des tailleurs de pierre et des artisans est célèbre. Ils parvenaient en effet, avec des outils primitifs et sans aucun ciment, à imbriquer les pierres les unes dans les autres avec une précision parfaite. Ils construisaient selon des lignes simples, généralement basées sur des carrés et des rectangles. Ils n'employaient pas l'arche et les bâtiments de Machu Picchu sont pratiquement dépourvus de scultures.
Notez que le site Inca de Machu Picchu au Pérou a été élu l'une des 7 nouvelles merveilles du monde. C'est un site à visiter au moins une fois dans votre vie. Vous ne le regretterez jamais.

Plus d'infos sur Machu Picchu :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Machu_Picchu
http://www.mp360.com/index_fr.php (site web magnifique à visiter impérativement)









jeudi 21 janvier 2010

PERSEPOLIS

Persépolis, Iran


Cette vue générale révèle l'importance de la grande citadelle Perse.

Au VIè siècle avant JC, les Perses, sous le règne de Cyrus le Grand, annexèrent rapidement tous les territoires des empires plus anciens du Proche Orient. La capitale religieuse de Parsa, plus connus sous son nom grec de Persépolis (cité des Perses), fut fondée par Darius Ier à la fin du VIè siècle avant JC, et complétée par Xerxès et ses successeurs. Eloignée et inaccessible, c'était une capitale administrative inadéquate, mais pendant presque deux siècles, ce fut le siège de la résidence royale.
Bien que les grecs n'aient jamais entendu parler de Persépolis avant sa conquête en 331 avant JC par Alexandre le Grand, elle témoigne de l'influence grecque, tout en en divergeant. Les personnages de la frise processionnelle, dans le palais de Darius Ier, montrent cette influence dans les drapés, mais rappellent plus l'Assyrie que la Grèce.
Les Achéménides, fondateurs de la famille royale Perse, n'étaient pas de grands créateurs, mais ils savaient exploiter et améliorer les savoir faire de leurs prédécesseurs. Comme en Assyrie, l'ensemble est situé sur une vaste plateforme de calcaire, permettant de créer des surfances à différents niveaux sur un site en pente. A l'est, elle est adossée au mont Rahmat, qui fournit également la pierre grise avec laquelle le complexe fut construit. Les trois autres côtés étaient protégés par une enceinte atteignant jusqu'à 12,5 m de hauteur, là ou le niveau du sol est le plus bas. A l'ouest, un magnifique escalier fut construit selon la technique à piliers et linteaux des temples grecs. Encore visibles, les colonnes élancées de la salle d'audience de Darius s'élèvent à partir d'une base cintrée vers un chapiteau décoratif complexe, destiné à supporter des poutres de bois. Outre les palais de Darius Ier, de Xerxès et d'Artaxerxès, les bâtiments comprennent une trésorerie, un harem et la salle du trône de Xerxès, dite aux 100 colonnes. Des blocs de pierre très larges y furent utilisés, maçonnés avec une grande précision, et des parties tiennent encore sans l'aide de mortier.
Persépolis fut en grande partie détruite par Alexandre le Grand, par vengeance. Le mur sud porte toujours l'inscription de Darius : "Dieu, protège ce pays des ennemis, de la famine et du mensonge". Le dieu n'assura pas cette protection, mais il reste assez de vestiges de Persépolis pour en faire l'un des sites les plus impressionnant au monde.


Vue de Persépolis au VIè siècle avant JC.





Plus d'infos sur Persépolis :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pers%C3%A9polis

mercredi 20 janvier 2010

LE TEMPLE DE KARNAK

Karnak, Égypte



Il reste peu de traces de la ville de Thèbes, capitale de l'Égypte durant le Nouvel Empire (vers 1550-1070 avant JC), mais les 2 grands temples de Louxor et surtout Karnak, proche de la rive est du Nil, constituent des exceptions remarquables.
Les temples de l'Égypte ancienne n'étaient pas des lieux de culte, mais des demeures divines. Peu de temples antérieurs ont subsistés, mais il est probable que souvent, les temples comme Karnak ont été construits à l'emplacement d'un temple ancien, datant de l'Ancien Empire. Pendant 1500 ans, leur style a peu changé, ces temples sont énormes, Karnak étant le plus important, et sont construits sur un axe. L'entrée principale se présente comme un passage à colonnade, conduisant à une cour, également à colonnade, et à une vaste salle hypostyle (dont le plafond est soutenu par des colonnes). Les murs sont richement décorés de bas-reliefs représentant des rites culturels, des actions du pharaon et quelquefois des scènes domestiques, ils sont partie intégrante du bâtiment.
Les Égyptiens n'étaient pas intéressés par l'expérimentation de l'espace intérieur, et la grande salle est d'une certaine façon obstruée par la profusion de colonnes. Mais c'était seulement un "hall", une pièce précédant le sanctuaire situé derrière. Celui-ci, assez sombre et exigu en comparaison, contenait la statue hébergeant le dieu, enfermée dans une châsse. Les gens du peuple n'avaient pas le droit d'y pénétrer, mais durant les fêtes, qui étaient très élaborées, les représentations des dieux étaient sorties des temples pour aller à leur rencontre. La célébration annuelle à Karnak, durant laquelle l'image du dieu était transportée à Thèbes par le fleuve, durait 1 mois. Elle avait lieu durant la saison des crues, lorsqu'il n'était pas possible de travailler dans les champs.
Les grands temples, à la manière des monastères médiévaux, constituaient des entités autonomes et prospères, comprenant des ateliers artisanaux et des écoles.
Au XIIè siècle avant JC, le temple de Karnak employait environ 10000 personnes.

Plus d'infos sur le Temple de Karnak :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Enceinte_d%27Amon-R%C3%AA
http://alain.guilleux.free.fr/karnak/karnak_axe_principal.php (très bon site web avec des belles photos)




mardi 19 janvier 2010

ABOU SIMBEL

Nubie, Egypte


Abou Simbel est situé à environ 280 km au sud d'Assouan, dans l'ancienne Nubie. La région fut d'abord conquise par l'Egypte durant le Moyen Empire (2134-1786 avant JC) et dirigée par elle, par intermittences, jusqu'à la fin du VIIIè siècle. Puis la situation s'inversa et lus Nubiens prirent le pouvoir avant d'être évincés par les Assyriens.
Le grand temple d'Abou Simbel fut construit durant le long règne de Ramsès II (1304-1237 avant JC) et proclame le formidable pouvoir de ce grand pharaon. Sur la façade creusée dans le roc sont placés 5 colosses à l'effigie de Ramsès, de 20 m de haut chacun, accompagnés par des représentations beaucoup plus modestes des membres de sa famille, groupés à ses pieds comme des satellites autour d'une planète. Le plan du temple reste traditionnel, avec 2 larges salles hypostyles, entourées par d'autres chambres et appartements. Le plan a été conçu pour que lors des fêtes importantes de l'année, du 20 février au 20 octobre, les rayons du soleil illuminent le temple en suivant l'axe principal. Les murs intérieurs sont décorés de bas reliefs peints, célébrant les activités du roi-dieu, y compris ses batailles célèbres contre les Hittites en Syrie, la première campagne militaire de l'Histoire qui put être reconstituée grâce à des témoignages. Il y a également un temple plus petit, plus attrayant aussi, dédié à la première épouse de Ramsès, Néfertari.
La construction du barrage d'Assouan, dans les années 1960, menaçait Abou Simbel d'engloutissement (sur la photo du haut on voit bien qu'une simple montée des eaux p
eut noyer le temple), et un remarquable effort fut mis en oeuvre grâce à l'Unesco pour sauver ces temples. L'ensemble fut entièrement démonté, pièce par pièce, et déplacé 60 mètres plus haut (photo ci-dessous).
Là, il fut réassemblé et protégé de l'énorme empilement de rochers destinés à imiter son site d'origine par un gigantesque dôme de béton. L'opération entière a coûté environ 40 millions de dollars. Elle constitue une réussite technologique moderne digne du talent et des efforts des anciens constructeurs du temple.


Le site d'Abou Simbel après l'avoir déplacé.


Le site d'Abou Simbel sur une peinture d'époque.



Plus d'infos sur le site d'Abou Simbel :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Temples_d%27Abou_Simbel
http://www.insecula.com/musee/M0012.html



lundi 18 janvier 2010

LA PYRAMIDE DE KHEOPS, GIZEH


Malgré la constance remarquable de l'architecture égyptienne durant 3000 ans, il y eut une évolution. Les pyramides, d'abord construites pour abriter les dépouilles des pharaons, sont limitées à l'Ancien Empire (vers 2575-2134 avant J-C).
Elles se développèrent à partir de mastabas plus anciens, bas et à sommet plat. Mais, en partie à cause de la menace des voleurs, elles furent remplacées vers 1800 avant J-C par des tombes creusées profondément dans les rochers, ce qui ne constituait malheureusement pas non plus une protection contre les pillages.
On connaît environ 100 pyramides aujourd'hui, mais la majorité est en ruine. La plus ancienne est la pyramide à degrés de Djoser, un roi de la IIIè dynastie, en 2800 avant JC.
Située à Saqqarah, elle était à l'origine haute de 60 mètres. La vraie pyramide, avec 4 faces lisses partant d'une base carrée et s'élevant vers un point unique, est apparue durant la IVè dynastie. Il y a lieu de penser, cependant, que les 3 grandes pyramides de Gizeh, à proximité du Caire, les plus célèbres parmi celles ayant subsistées, sont les plus belles.
La plus importante et la plus ancienne des trois est la pyramide de Khéops. Mesurant 230m de côté à la base, elle atteignait à l'origine une hauteur de 147m. Elle couvre presque 5 hectares, plus que les 5 plus grandes cathédrales européennes réunies, et contient environ 2 300 000 blocs de pierre d'un poids moyen de 2,5 tonnes. Profondément enfouies à l'intérieur, se trouvent 3 chambres séparées, à l'accès impressionnant et tortueux, et dotées de structures de soutènement imposantes pour compenser le poids extraordinaire des pierres.
Bien que toujours stupéfiante à contempler, elle est soumise à l'érosion, et la proximité de la ville constitue une menace croissante. Aujourd'hui, elle a perdu 12 m de sa hauteur d'origine, et il manque son revêtement de calcaire lisse et éblouissant, prélevé par les bâtisseurs du Caire.
Cependant, vieille de 4500 ans environ, elle demeure l'une des plus considérables et splendides réalisation humaine.



Plus d'infos sur la pyramide de Khéops :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pyramide_de_Kh%C3%A9ops

dimanche 17 janvier 2010

STONEHENGE

Comté de Wiltshire - Angleterre


Stonehenge, qui est situé au milieu de l'étendue déserte de la plaine de Salisbury, dans le sud de l'Angleterre, est le site mégalithique le plus célèbre en Europe. La construction de la partie la plus ancienne est estimée à 3000 ans avant JC. Elle consiste principalement en un cercle ouvert de pierres levées travaillées de façon rudimentaire, atteignant jusqu'à 7m de hauteur.
Les archéologues estiment que sa construction s'est effectuée en trois étapes.
Durant la période I, le Néolithique, les ouvriers creusèrent un fossé circulaire de 100 mètres de diamètre, adossé à un mur. Deux grandes pierres, dont l'une subsiste encore, en marquaient l'entrée.
Durant la période II, 2100 ans environ avant JC, deux cercles concentriques de 80 piliers de "pierre bleue" pesant jusqu'à 4 tonnes chacun, furent dressés au centre.
Durant la période III, 100 ans plus tard, fut érigé un autre cercle de pierres levées de sarsen, couvertes de linteaux et façonnées avec des marteaux de pierre, qui formèrent en grande partie le monument tel qu'il se présente aujourd'hui, après des siècles d'érosion climatique et de pillage par les constructeurs, car il n'y a pas de carrière de pierres dans les environs.
Les pierres de sarsen viennet de Marlborough Downs, à environ 32 km, mais la seule provenance possible des énormes "pierres bleues" est le sud du Pays de Galles. De nombreuses théories, dont beaucoup sont absurdes, ont été proposées pour établir les conditions de construction et la fonction de ce site. Il n'est probablement pas lié au druidisme, qui n'apparut que des siècles plus tard, et cette énigme restera peut-être non résolue, bien que l'ont ait généralement admis que Stonehenge était un lieu de culte.
La construction de la période II est dans l'alignement du soleil levant durant le solstice d'été, ce qui n'est sûrement pas une coïncidence, mais la siginification en demeure mystérieuse. Il a été supposé que les "pierres bleues" avaient été amenées grâce à des rouleux sur terre et un radeau sur mer... En 2000, une tentative de reconstitution a cependant rencontrée de sérieuses difficultés. Une autre théorie soutient que les "pierres bleues" étaient des reliques de la période glaciaire, déposées sur la plaine des milliers d'années auparavant par la glaciation.



Plus d'infos sur Stonehenge :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Stonehenge
http://www.stonehenge.co.uk/




Intro

Sur ce blog, je vais essayer de représenter la plus grande et plus belle partie de l'architecture mondiale. De l'aurore des civilisations à l'époque contemporaine, avec une description de chaque site, l'endroit où il se trouve et des photographies.
Vous y trouverez ainsi des sites antiques comme des sites modernes.
Les sites seront répertoriés par des tags avec le nom de la ville ou le pays où il se trouve et l'époque de sa construction. Ainsi, vous pourrez retrouver facilement tous les monuments d'une même ville, d'un même pays ou d'une même époque.
Mes articles ne sont pas exhaustifs, mais sont une présentation de chaque monument. En bas de chaque article j'insérerai des liens vers des sites web plus détaillés ou des livres disponibles sur internet sur le monument en question.
En espérant pouvoir vous faire mieux découvrir les merveilleux monuments que nos ancêtres ont érigés.